La respiration et le chant

Maîtriser sa respiration pour bien chanter

    L’air est l’élément fondamental du chant. L’appareil respiratoire joue un rôle essentiel dans la mesure où le souffle alimente la voix parlée et chantée, il « porte » les sons et les lie entre eux.

    Toutefois, ce souffle est difficile à apprivoiser. Seul un entrainement « physique » permettra de le maîtriser.

    Le souffle se décompose en deux temps :

  • D’abord une phase d’inspiration, qui emplit les poumons d’air en provenance de la bouche et/ou du nez, via la trachée ;
  • Suivi d’une phase d’expiration, qui les vide par le chemin inverse. La phonation peut se produire lorsque l’air sous pression arrive dans le larynx en exerçant une action sur les cordes vocales rapprochées (adduction). Les poumons font donc office de «réservoir naturel » d’air nécessaire à la phonation.

L’abdomen est la partie du corps qui influe sur le souffle et la pression. Il comprend la ceinture abdominale, le thorax constitué de côtes et d’une zone centrale en dessous du sternum, appelé zone épigastrique. Pour chanter, on utilise une respiration basse, dite costo-abdominale.

Les différents muscles à l’œuvre dans la respiration

Le diaphragme, quant à lui, est un muscle large et mince en forme de dôme qui contrôle la respiration. Il sépare le thorax (cœur et poumons) des viscères de l’abdomen (estomac, intestin, foie, rate).

En voix chantée, afin de contrôler finement la pression et le débit d’air; l’expiration devient elle aussi active. Ce sont les muscles abdominaux qui sont responsables de la diminution du volume de la cage thoracique, tandis que le diaphragme se détend simultanément et remonte jusqu’à sa position initiale en chassant l’air des poumons à la manière d’un piston. Ceci augmente d’autant plus le volume de la cage thoracique. Notons que dans la respiration thoracique, c’est le larynx qui assure seul le réglage du débit d’air.