content top

La voix Mixte

Le larynx vibrant n’utilise que deux manières d’accoler les cordes vocales :

Voix de poitrine et voix de tête. Que signifie alors l’expression “voix mixte”?

Quand on essaie de chanter le plus haut possible dans son registre de poitrine, le son devient désagréable à l’oreille et inconfortable au larynx. Pour continuer à monter :

-Soit on change de registre ( on yodélise, c’est à dire on bascule vers le registre de tête pour retrouver des sensations confortable dans la gorge au prix d’un changement audible dans la couleur de la voix );

-Soit on on modifie subrepticement certains paramètres de timbre et de puissance de manière à retrouver un confort laryngé malgrès l’effort de tension extreme provoqué par la vibration très rapide des cordes vocales en accolement épais : on parle alors de voix mixte.

Cela veut-il dire que la voix appartient à la fois au registre de tête et de poitrine?

Ou bien n’appartient ni à l’un ni à l’autre?

Il n’y a pas de troisième registre. La recherche scientifique est formelle.

Pourtant, l’oreille et le larynx nous donnent l’illusion d’un registre intermédiaire mais ce fameux mélange des genres, cher aux grands maîtres de chant du passé, n’est qu’un masquage habile et intelligent du passage entre le registre de poitrine et de tête pour éviter une cassure trop nette et trop perceptible.

la voix mixte peut donc signifier deux choses :

- Un registre de poitrine qui monte et s’allège pour préparer le terrain du registre de tête avec une sonorité plus légère et plus fine;

-Une registre de tête qui descend le plus bas possible et s’alourdit pour préparer le terrain du registre de poitrine avec une sonorité plus lourde et plus épaisse;

Les 2 processus se rencontre indifféremment chez l’homme et la femme et font appel à des modifications de résonance et non pas à un nouveau mode de fonctionnement laryngé.

La mécanique laryngée du registre reste la même avec néanmoins le rétrécissement de la portion vibratoire apporté par le phénomène du damping alors que le timbre se modifie avec une nouvelle répartition de l’énergie formantique.

Un son chanté au milieu de l’étendue vocale peut représenter quatre cas de figures possibles :

- Le registre de poitrine (mécanique épaisse) avec une résonance de poitrine (renforcement des harmoniques graves et moyennes) appelé : Poitrine appuyée.

-Le registre de poitrine ( mécanique épaisse ) avec une résonance de tête (renforcement des harmoniques moyennes et aiguës) appelé : Poitrine allégée ou Hard Mix Voice

-Le registre de tête ( mécanique fine ) avec une résonance de tête (renforcement des harmoniques moyennes et aiguës)  appelé : Tête allégée.

-Le registre de tête ( mécanique fine ) avec une résonance de poitrine (renforcement harmoniques moyennes et aiguës) appelé : Tête appuyée ou Soft mix Voice.

L’allègement résonantiel et de l’épaisseur musculaire de la voix de poitrine permet de continuer à chanter en dépassant la limite habituelle du registre poitriné. C’est ainsi que des ténors ( hommes)  et ténorises ( femmes ) accèdent en voix pleine à Do4, Re4, Mi4 voire Fa4 sans basculer dans le registre de tête.

Le phénomène de damping accélère la vitesse de vibration des cordes vocales sans modifier l’accolement épais du registre poitriné.

Il suffit de raccourcir la partie vibrante de la corde vocale par une force de rapprochement exercée à l’arrière par les cartilages aryténoÏdes. La portion vibrante devenant plus courte, la vitesse de vibration augmente.

 

 

Placer sa voix

« Placer sa voix » est un terme de pédagogie vocale. Chaque comportement vocal va entraîner un certain nombre de sensations par rapport auxquelles on se repère. La place de la voie correspond au lieu de la sensation où sont ressenties les vibrations lors de la production vocale, variables selon la technique : dents, sternum, thorax, pommettes, front, sinus, nez, sommet de la tête, du crâne, la nuque… C’est un guide non acoustique qui utilise surtout les sensations pour conduire le geste moteur.

Par abus de langage, on parle souvent de la « place de la voix » pour décrire la façon dont on doit procéder pour retrouver cette sensation, entraînant donc les confusions sémantiques : « place ta voix dans le masque », « fais sonner au sommet du crâne ! ».  Il faut bien avoir conscience de l’opposition entre lieu de production et sensations : résonateur et résonance ; le résonateur est une cavité au sens acoustique du terme qui agit sur le son, alors que la résonance est un guide pour qui parle ou chante et que l’air n’y passe pas forcément.

Le vibrato

Le vibrato est un relâchement périodique de la musculature signalant le bon fonctionnement de la voix. C’est un mouvement répétitif, à intervalles réguliers, de la musculature laryngée, péri-laryngée et qui se répercute jusqu’à la sphère digestive au niveau diaphragmatique. Suivant la hauteur et la voyelle sur laquelle se fait la tenue du son, car il faut une tenue minimale pour le percevoir, le vibrato vient de façon plus ou moins facile et  sera plus ou moins rapide. Les oscillations des beaux et bons vibratos varient entre 5 et 8 « pulsations » par seconde. Cela correspond en Occident à ce que l’on aime comme équilibre sonore, mais cela varie sur les autres continents suivants les gouts et les habitudes culturelles.

Le vibrato est le signe de la sante de la voix et de l’équilibre pneumo-phonique. Sa présence indique qu’un bon équilibre est établi.

Il en existe plusieurs sortes et tous trouvent leur place dans la musique actuelle.

Néanmoins Le chanteur moderne doit pouvoir disposer de cet outil ou non.

Si l’absence totale de vibrato n’est pas voulue alors, cela signifie probablement que la pression sous glottique est trop forte, obligeant les cordes vocales qui travaille sous les ordres du cerveau à se resserrer ou à se raidir lors de leur mission de vibration.

Les ennemis du chant

  • le forçage vocal, la constriction
  • la fumée : la vôtre et celle des autres ( ou autres fines particules toxiques en suspension dans l’air )
  • la fatigue (importance du sommeil  qualité / quantité)
  • le froid alimentaire (bu ou mangé)
  • le stress, l’anxiété et la tristesse
  • les produits laitiers
  • les sédatifs et l’alcool
  • la maladie
  • les chocs thermiques

Hygiène vocale, comment prendre soin de sa voix

« Le chanteur, luthier et instrumentiste »

Que l’on soit amateur ou professionnel, nous devons prendre soin de notre voix. Découvrez quelques conseils d’Hygiène Vocale.

Quelques Conseils d’Hygiène Vocale

  1. Apprendre à utiliser correctement sa voix : bonne posture, respiration abdominale profonde, coordination souffle-son, résonances, articulation… On peut travailler sa voix par le chant, la chorale, le théâtre, selon le plaisir de chacun.
  2. Ne pas abuser de sa voix et ne pas la malmener (cris, chant prolongé et forcé).
  3. Si l’on est un professionnel de voix : avoir un suivi régulier avec un ou plusieurs spécialistes (orthophoniste, professeur de chant, phoniatre etc.…)
  4. Laisser reposer la voix en cas de fatigue ou après une utilisation importante.
  5. Eviter le surmenage vocal en période d’inflammation des voies aériennes supérieures.
  6. En cas de toux prolongée, d’enrouement ou d’extinction de voix persistante, consulter un phoniatre ou un ORL. Ou sinon, la toux finira d’achever votre voix.
  7. Arrêter, de façon définitive, l’usage du tabac.
  8. Surveiller l’alimentation si la cause est en rapport avec le reflux gastrique.
  9. Gérer le capital musculaire (répétitions jamais moins de 2 jours avant concert, le sommet de l’œuvre ou le passage difficile, jamais 20 fois en coulisse)
  10. Savoir gérer les pièges acoustique : soirée bruyante  /  acoustique matte d’une pièce  /  lieu immense et mauvaise sonorisation / Ne pas rivaliser avec a voix d’un camarade, plus aigüe, ou plus forte
  11. Eviter les changements trop brusques de température,  l’air trop sec.
  12. Boire abondement pendant prestations et répétitions
  13. Fuir la pollution,  les climatiseurs et les particules poussiéreuses.
  14. Méfiance de l’auto médication, il y a des risques d’assèchement de la muqueuse laryngée avec des comprimés comme humex, dolirhume etc…
  15. Pratique régulière d’un sport de fond
  16. Pratique de l’inhalation, du gargarisme et du hammam.
  17. Médicament de confort mais réputé efficaces :
  • arnica homéopathique 7ch ( 1 heure av représentation )
  • les tisanes Erysimum
  • les gargarismes au vin rouge

Le cercle vicieux du forçage vocal

=>A partir d’une émission équilibrée, la forte augmentation de la pression sous-glottique est la réaction prévisible de la majorité des personnes à l’instant où elles sont non satisfaites de leur voix (intensité, qualité, audibilité).

 Cela à pour conséquence les points suivants :

  • Mécaniquement, la pression sous-glottique poussera le larynx vers le haut, déplacement qui sera compensé par les muscles extrinsèques pour maintenir celui-ci en position… S’ils le peuvent, ils vont se fatiguer.
    Quand ils ne pourront plus, la remontée du larynx modifiera les résonances et affaiblira l’impédance accentuant ainsi le déséquilibre.
  • Le fondamental usuel aura tendance à monter, si le cerveau refuse cette conséquence, le larynx devra accélérer son rythme et son temps d’accolement dont le résultat serait une augmentation d’intensité. Si le larynx ne dispose pas de l’influx nerveux nécessaire à cette rapidité d’accolement, il se fatiguera et laissera passer de l’air (fuite). C’est l’installation du forçage et du dysfonctionnement.

 

=>A partir d’une émission équilibrée, la forte baisse de pression sous-glottique est la réaction prévisible des personnes aux muscles abdominaux inhibés, bien souvent en réaction à l’intimidation et / ou au stress.


Ceci entraine les conséquences suivantes :

  • L’intensité diminuera, le fondamental usuel aura tendance à baisser.
  • Le larynx tentera ensuite, en se contractant, de maintenir l’accolement pour donner un son acceptable.
  • Le larynx se fatiguera, s’enflammera, remontera, le son perdra alors de ses qualités.

 

content top